Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 00:29
*Photographie Sabine Weiss - La petite Egyptienne 1983 -

*Photographie Sabine Weiss - La petite Egyptienne 1983 -

(...) Du haut de ses 90 ans, La photographe Sabine Weiss a l'enthousiasme d'une adolescente. (...) Elle a évoqué son amour inconditionnel pour ce métier de photographe qu'elle a su élever au rang d'art. Rencontre avec une photographe de l'intime.
 

À une question poser sur sa préférence d'une de ses photographies (voir lien) elle répond :
 

Celle-ci évidemment ! Cette petite fille qui rit est l'une de mes photos les plus appréciées, c'est un peu une photo "vedette", et avoir retrouver sa famille dans un pays, alors que je n'avais ni nom ni adresse... C'était pour ce village et cette famille une très grande émotion de voir des jolies photos de cette petite qui devait avoir huit ans à l'époque, qui avait eu cinq enfants et qui est morte d'une crise cardiaque. C'est toute une histoire... (soupir) mais la photographie est un métier merveilleux parce que ça peut vous mener à tout, quand on fait un peu de reportage et quand on a du contact avec des gens, c'est extraordinaire !

 

*Source Voir l'article sur : http://actuphoto.com/29626-interview-de-sabine-weiss-laquo-…

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 11:06

Arbre-en-danger.jpg


L'Hêtre...

Si les arbres pouvaient parler,
serions-nous capable d’endurer,

leurs cris, les pleurs,
toutes ces larmes versées,
s’écoulant comme la sève,
tel un cœur transpercé,
abreuvant toute la terre…
…de son sang déversé…!!!

Dans un passé millénaire,
J’étais ton ami, ta sœur, ton frère !
Notre terre nourricière
veillait sur nous comme une mère !

La lumière qui éclaire,
réchauffait notre atmosphère,
les rivières, les éclairs,
tout un paradis se désaltère !

Vos ancêtres millénaire,
Respectaient…
…beaucoup mieux la terre,
ne contrôlaient…
…que très peux la matière,
mais croyaient depuis toujours…
…au Grand Manitou et ses Mystères !!!

Tandis que maintenant, de nos jours...
...tous vos Maîtres planétaire,
se croyant seuls propriétaires,
sèment la peur, la misère,
l’horreur et toute ses guerres !!!

Depuis longtemps tu m’exaspère,
Ô homme tirez de la poussière !
Ne trouve-tu pas que tu exagère,
et que tout tes efforts sont éphémères !

Mais toi, tu veux dominer toute la sphère,
Pour que toutes tes affaires…
…prolifèrent !
Pourtant, tu n’es qu’un locataire,
et ça pourrait finir par te coûter cher!

Tu fais beaucoup trop confiance…
…à ton système monétaire !
Tu cultives l’arrogance…
…te crois seul sur ta galère,
parsemant la méfiance…
…entre peuples et frontières;
et récoltant la démence…
…et les fruits de ton calvaire !!!

Car t’es pas le nombril…
…de l’univers !
t’as même pas compris…
…s’qui fallait faire !
aveuglé d’ambition,
prisonnier de tes chimères,
tu t’enfonce toi-même…
…six pieds sous terre !!!

Ne croyez pas…
…qu’il n’y a que l’or et l’argent,
qui assureras…
…l’avenir de vos enfants !
Car que valent tous vos trésors…
…sans environnement !
Et malgré tout vos accords…
…je souffre d’empoisonnement !!!

N’oubliez surtout pas…
…qu’vous n’avez qu’une planète,
et qu’en continuant ainsi…
..vous courez à votre perte !
Moi, j’ne suis qu’un arbre…
…témoin sobre de ce que vous faites !
Vois, regarde...je n’ai aucune armes,
et je sens pour bientôt ma défaite…!

Ah! si les arbres pouvaient parler,
serions-nous capable d’endurer,
leurs cris, les pleurs,
toutes ces larmes versées,
s’écoulant comme la sève,
tel un cœur transpercé,
abreuvant toute la terre…
…de son sang déversé…!

Parmi les être...j'ne suis qu’un Hêtre,
et ne pourrai jamais me défendre !
Je vais bientôt disparaître...
…et ne serrais plus que cendres !
Pitié ! Pitié ! Je suis tricentenaire,
ne coupez pas mes branches !

car c'est moi et mes semblables,
qui sont responsable…
…de te filtrer ton air,
Prend donc bien garde
il ne faut surtout pas…
…que tu nous débranchent !!!

…Ah ! Si les arbres pouvaient parler,
serions-nous capable d’écouter…
...de comprendre…
…et cessez de tout coupez….!!!


L’Hêtre !
Auteur : Jean-Michel Gatien
jeanmichelg67@gmail.com

 

Le Saule Pleureur

 

Je l’entends venir de loin…

…le vent en apporte la rumeur !

À grand pas, il s’en vient…

…l’homme se destructeur !!!

j’en perd tous mes moyens,

paralyser par la torpeur !

Je pressens notre déclin,

nous reste-ils une lueur ???

 

Mon cœur est remplit de douleur,

écrasé par la tristesse,

nuit et jour, j’ai peur…

…craignant l’homme comme la peste !

Sans scrupule ni pudeur…

…se moquant bien de notre droit d’aînesse !

aucun sens des valeurs…

…se permettant toute les bassesses !

 

Non ! Non ! Non ! Ce n’est pas possible !

C’est sûrement une erreur !

Suis-je trop sensible…

…car continuellement je pleure !

Pourquoi nous prendre comme cible ?

Pourquoi ne va-t-il pas ailleurs ?

Assassin ! Ce que vous faites est un crime,

car partout la vie se meurt !!!

 

Avant la forêt respirait le bonheur !

En maître régnait la paix,

L’harmonie dans toute sa splendeur,

et cette musique que les oiseaux nous chantaient !

Mère nature dans toutes ses humeurs,

et suivant la cadence les saisons défilaient,

ne voyant même plus les heures,

un silence et le temps disparaissait !

 

Mais qu’avons-nous fait…

…pour mériter ce malheur !

Comme si plus rien ne comptait,

aucun respect dans leurs cœurs !!!

Mais allez ! Partez, saccagez la forêt,

laissant derrières vous un désert de stupeur !!!

Allons ! Bûchons, et coupons sans arrêt,

Partant et revenant, machine et bulldozers…!?!


Le Saule Pleureur...!!!

Auteur : Jean-Michel Gatien,

jeanmichelg67@gmail.com

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 22:04
Que la Paix soit sur toi, ô le plus grand mois de Dieu!...Aïd Mubarak

Que la Paix soit sur toi, ô le plus grand mois de Dieu! O fête des élus! Que la Paix soit sur toi, ô le plus généreux compagnon, ô meilleur mois dans les jours et les heures! Que la Paix soit sur toi, mois durant lequel les espoirs se sont approchés et les tâches répandues! Que la Paix soit sur toi, compagnon qui, présent est d'une valeur imposante et qui, absent, est une privation affligeante. [Toi qui es] désiré mais dont la séparation est douloureuse! Que la Paix soit sur toi, ami intime le plus familiarisant à son arrivée alors qui rend heureux et le plus affligeant à son départ donc qui fait souffrir ! ...

Que la Paix soit sur toi, voisin par lequel les coeurs se sont adoucis et les péchés ont diminué! Que la Paix soit sur toi, partisan qui vient en aide contre le démon, compagnon qui facilite les chemins du Bien! Que la Paix soit sur toi! ...

Que la Paix soit sur toi, dont la compagnie n'est ni désagréable ni blâmable! Que la Paix soit sur toi! Comme tu nous as pourvus de bénédictions et tu nous as lavés des souillures des péchés! Que la Paix soit sur toi, qui n'es pas quitté par dégoût ni dont le jeûne n'est laissé par lassitude! ...

Que la Paix soit sur toi, qui es demandé avant ton temps et qui es déploré avant ta fin! Que la Paix soit sur toi! Combien de maux nous ont été retirés et combien de biens ont été répandus sur nous, grâce à toi! Que la Paix soit sur toi et sur la nuit d’al-Qadr qui est meilleure que mille mois! Que la Paix soit sur toi! Combien notre envie de toi était forte hier et combien notre désir de toi sera grand demain! Que la Paix soit sur toi, et sur tes faveurs dont nous avons été privés et sur les bénédictions passées dont nous avons été dépouillés! ...

Notre Dieu, alors à Toi la Lounage, en faisant l’aveu de nos mauvaises actions, en reconnaissant nos négligences et pour Toi du [fond de] nos coeurs, l’engagement du regret de nos langues, la sincérité de la demande d’excuse.

Alors, secours-nous de l’insuffisance de nos actes durant ce mois, d’un secours par lequel nous saisissons la faveur désirée en lui, et nous recevons en compensation, par lui, [différentes] sortes de recompenses convoitées, accorde-nous de nous excuser pour nos manquements à Ton Droit durant ce mois, fais-nous atteindre le mois de Ramadan prochain, en nous maintenant en vie! ...

Et si nous l’atteignons, alors aide-nous à atteindre ce que Tu mérites en adoration, fais-nous parvenir à accomplir ce que mérite l’obéissance [à Toi], accorde-nous de bonnes actions, celles qui nous font atteindre Ton Droit durant les deux mois des mois du temps.

Notre Dieu, pour ce qui, durant ce mois (qui est le nôtre), nous est arrivé en péchés véniels ou graves, ou pour ce qui nous est tombé dessus en péchés ou pour ce que nous avons acquis en fautes, [faites] volontairement ou par oubli, pour ce que nous nous sommes faits du tort à nous-mêmes ou pour ce que nous avons porté atteinte aux droits d’autrui, prie sur Mohammad et sur sa famille et recouvre-nous de Ta Couverture, pardonne-nous de Ton Pardon, ne nous expose pas aux regards de ceux qui se réjouissent de notre Malheur ni aux propos (des langues) des tyrans à notre encontre durant ce mois, utilise-nous dans ce qui serait un pardon et une rémission pour ce que Tu désapprouves en nous, durant ce mois, par Ta Bonté qui ne s’épuise pas et Ta Faveur qui ne diminue pas!

Notre Dieu! Prie sur Mohammed et sur sa famille, panse notre malheur [du départ] de notre mois et bénis-nous en ce jour de notre Aïd (notre fête) et de notre rupture du jeûne! Rends-le le meilleur des jours passés, attirant le plus Ton pardon et effaçant le plus nos péchés. Pardonne nos péchés cachés et connus! ...

Notre Dieu! Dépouille-nous de nos péchés par le dépouillement de ce mois! Retire de nous les mauvaises actions par son départ! Fais de nous les plus heureux de ses gens par lui, les plus comblés d’eux et les plus fortunés parmi eux en chance!...


- Extrait d'Invocation De L'imam As-Sajjâd (Paix sur lui) Dans le recueille de ses illustres invocations - As-Sahîfah As-Sajjâdiyyah al-Kâmilah -

Que Paix soit en ce monde et sur les peuples en Guerre de par le monde, Que la paix soit sur les victimes d'injustice, Que la Paix soit sur les souffrants, les sans abris, Que la paix soit sur les êtres humains, les êtres vivants, toutes créatures de L'unique qui seul mérite Adoration et toute louange pour tout ce qu'Il fait...

Que Dieu nous guide dans la vérité en Toute chose et vers une conscience éclairé de par Sa Lumière...

Paix et Santé soit sur vous mes amis, amies, familles, proches, collègues, connaissance...



T.Z

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème Inde
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 18:50
*Photo Source Internet - Marylin Monroe 1926 - 1962 -

*Photo Source Internet - Marylin Monroe 1926 - 1962 -


Je voudrais vous parler de celle dont tout le monde parle et qui échappe à tout le monde. Je voudrais vous parler de Marilyn. Sa folie a régné sur le monde et s'était un règne sans mauvaiseté. Mais de folie quand même. Elle est une preuve de Dieu. N'importe qui et n'importe quoi est une preuve de Dieu sur terre. La preuve - Marilyn a quelque chose de déchirant. Elle est perdue, mais ni plus ni moins que vous ou moi, n'est-ce pas, une fois que nous avons enlevé le maquillage de nos conforts, de nos savoirs, de nos croyances. Il n'y a que les nuages qui ne sont pas perdus. Et les fleurs des prés. Et les bêtes dans les bois. Tous ceux-là connaissent leur maître, savent qu'il ne les abanonnera pas, respirent de suivre la pure nécessité. Marilyn suivait l'étoile désorientée de sa folie. Son visage constamment épousseté par les lumières des photographes est celui d'une poupée papillonnant des yeux et de l'âme, souriant à ses assassins. La folie est un mécanisme d'horlogerie très fin. On en voit les rouages que lorsqu'il se brise. Marilyn sait que l'humanité a faim, plus encore que de pain ou de sexe, d'une vraie gaieté, d'une gaité profonde accordée au secret des fleurs, du ciel, des anges. Nous recherchons le paradis. Nous ne sommes jamais très loin de lui. La gaieté - la pure, pas la marchande : comment vivre une seconde sans elle, sans son secours, sans au moins sa nostalgie ? Les saintes de cinéma brûlent dans le noir. Leurs chevelures luisent comme des méduses. Rien ne s'éteint plus vite que l'incendie de l'irréel. Marilyn tendait une gaieté volatile sur la petite assiette de son visage. Mangez-moi. Ceci est ma folie, ceci est ma perte. Je suis des vôtres. Simplement j'ai dans les paillettes de mes yeux et sur la charité de mes lèvres les stigmates du paradis, l'ombre portée de la lumière éternelle. Elle affolait les hommes mais aussi bien les femmes ou le soleil. Sa fragilité était invulnérable. Elle n'arrêtait pas de souffrir ni de sourire. Ces deux passions n'en faisaient qu'une. Son sourire remonté à bloc était prêt à casser. C'est une plaie d'être une femme mais qu'on se rassure, c'est une autre plaie d'être un homme. Il faut tenir son rôle jusqu'au bout. La vie, dit Rimbaud, est la farce à mener par tous. Mais la gaieté ? Ce je-ne-sais-quoi qui ensoleille le coeur, cette braise sur laquelle la main en chêne de la mort ne peut se refermer ? La gaieté est le sens profond de nos vies. Marilyn l'avait compris à sa manière folle. Elle en présentait les signes, un appât - son sourire était comme ces mouches artificielles aux lueurs émerveillantes que confectionnent les pêcheurs à la ligne, pour attirer le poisson. Une gaieté fausse mais reliée à la pure vérité, comme toujours le mensonge. Son sourire était le sillage d'une comète entrant dans l'atmosphère irrespirable du monde. Un astre mort tombait, entrainant des milliers de visages dans sa chute. Ce qui manque à ce monde, ce n'est pas l'argent. Ce n'est même pas ce qu'on appelle "le sens". Ce qui manque à ce monde c'est la rivière des yeux des enfants, la gaieté des écureuils et des anges. Qu'elle dorme en paix, la martyre du sourire. Qu'elle soit remerciée de son dévouement de folle. Comme Einstein a donné son nom à la loi de relativité que je suis heureux de ne pas comprendre, Marilyn a donné le sien à la loi inexorable de la chute des coeurs. Cette nuit j'ai mal dormi. Plusieurs fois je me suis réveillé. Une phrase insistait dans mon crâne. Elle disait ceci : même dans l'enfer, et nous y sommes, il y a des merveilles.

 

- Christian Bobin

(La martyre du sourire dans "La Grande Vie" Ed Gallimard, nrf, 2014)

*Photo Source Internet - Marylin Monroe 1926 - 1962 -

*Photo Source Internet - Marylin Monroe 1926 - 1962 -

Repost 0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 23:49
*PhotoGraphie © T.ZoHer - Bénarès / Inde 2014 -

*PhotoGraphie © T.ZoHer - Bénarès / Inde 2014 -

Il était une fois un homme assis à l’entrée de la ville.
Un jeune homme s’approcha et lui demanda :

"Je ne suis jamais venu ici, comment sont les gens qui habitent cette ville ?"
Le vieil homme lui répondit :

"Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?"
- "Egoïstes et méchants, c’est d’ailleurs la raison
pour laquelle j’étais content de partir".
- "Tu trouveras les mêmes", lui répondit le vieil homme.

Un peu plus tard un autre homme s’approcha de lui et lui posa la même question :

"Je viens d’arriver dans la région, comment sont les gens dans cette ville" ?
Le vieil homme lui répondit de même : "Dis-moi mon garçon, comment étaient les gens de la ville d’où tu viens ?"
- "Ils étaient bons, accueillants, bienveillants, honnêtes.
J’y ai de nombreux amis et j’ai eu beaucoup de mal à les quitter".
- "Tu trouveras les mêmes ici", répondit le vieil homme.

Un Marchand avait entendu les deux conversations.
Dès que le deuxième jeune homme s’éloigna,
il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :

"Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes
à la même question posée par deux personnes ?"

Le vieil homme dit : "Mon fils, chacun porte son univers dans son cœur.
D’où qu’il vienne, celui qui n’a rien trouvé de bon par le passé
ne trouvera rien de bien ici non plus.
Par contre, celui qui avait des amis dans l’autre ville
trouvera ici aussi des amis loyaux et fidèles.
Car vois-tu, les gens sont, vis à vis de nous ce que nous trouvons en eux !"

- Conte Soufi

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème Inde
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 01:32
*PhotoGraphie T.Zoher ... Pour un autre ♥

*PhotoGraphie T.Zoher ... Pour un autre ♥

Je t’aime toi qui souffres, qui souffres d’être imparfait, qui souffres à vouloir être trop parfait, Je t’aime toi qui te tourmentes, toi qui te poses mille questions.

Je t’aime toi qui, cries ton amour inconditionnel à qui veut l’entendre.
Je t’aime toi, dont le cœur s’emballe et te fait suer à grosse gouttes, te fait trembler, vaciller. 

 

Je t’aime toi l’évocation de cette chose qui te trouble,

au plus profond de toi-même .

 

J’aime ne pas comprendre.
J’aime apprendre, J’aime sentir, raisonner, laisser aller, travailler.

J’aime la divine perfection qui se manifeste dans chacune de nos imperfections.

Cette partie de nous, pure, lumineuse, cet amour inconditionnel et cette autre partie, imparfaite, douloureuse, en manque.

Cette douleur de ne pas être parfait.

Parce que ces chemins que nous prenons, ces décisions feront de nous ce que nous sommes.

 

Et ce que nous sommes est si beau.
 

Parce que je savais aujourd’hui que je ne savais pas grand chose.
 

Juste que l’être humain était si complexe, si mystérieux, que l'on ne peut qu’essayer d’approcher sa belle nature qui chaque jour nous émerveille, nous comble d’ignorance, de manque et de doutes, d’envie et de désir, nous comble d’Amour.

 

~ Source inconnu partager par Julie Ette

 

Il y a des mots comme ces mots, qui nous tombent dessus au moment qu'il faut par grâce, qu'on aurait pu su dire mieux, et c'est comme ça que me viennent les mots que je partage, je remercie la grâce, ce qui partagent ces mots, ceux qui sont toucher et qui ont ce don de mettre par écris leur ressentit, ceux qui inspirent, qui ouvrent une porte à d'autres portes, qui aident, qui éclairent... .. .. .

Ceux qui aiment la Lumière et croient en l'Amour.

 

T.Zoher 

♥ 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 10:55

A la porte entr’ouverte de l’an nouveau

Brille une étoile déposée par la nuit :

Un éclat de toi

Accouché de ta splendeur.

 

C’est là que ton cœur bat

Sous la fleur primordiale

Comme un archer lançant ses messages

Par des vaisseaux de cristal.

 

Tout est déjà là, à tes pieds

Ciselé par un éther plus dense

Qui t’a dépouillé de ta gangue

Et offre ta transparence.

 

Tout est déjà parfait

Au-delà de tes vouloirs,

De l’autre côté des milles voiles

Mis entre toi et la beauté.

 

Sens-tu sur ta peau la légèreté de la vie

Puissante et fragile

Comme des semailles aléatoires

De flocons tourbillonnants au gré du vent ?

 

A la porte de l’an neuf

Le vent crie, chante, danse

Fait trembler ton cœur

Et t’invite à déployer tes ailes

Toutes saupoudrées d’or.

 

~ Par Michèle Théron publier sur son blog Lumineux :

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-a-la-porte-entr-ouverte-121791659-comments.html#anchorComment

 *Photographie via 500px / The balance of nature by Cath Schneider

*Photographie via 500px / The balance of nature by Cath Schneider

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 00:48

C'est l'histoire d'un paysan qui vécut très pauvre avec son épouse.

Un soir, en rentrant d'une journée de dur labeur, sa femme lui demanda de lui acheter un peigne afin d'entretenir sa longue chevelure; il la regarda tristement et lui dit que c'était impossible car lui-même avait besoin de nouveaux bracelets en cuir pour sa montre mais qu'il n’avait pas d'argent. Sa femme sourit tendrement sans mot dire.

Le lendemain, en sortant du travail, il passa par le souk du village et vendit sa montre pour quelques sous avec lesquels il acheta un peigne à sa tendre épouse.

Une fois à la maison, le peigne à la main, il trouva sa femme avec des cheveux coupés très courts et tenant dans sa main les bracelets en cuir.

Ils se regardèrent et des larmes coulèrent sur leurs joues, non pas parce que leurs sacrifices étaient vains (ils n’avaient plus besoin ni de peigne, ni de bracelets) mais parce qu'ils venaient de comprendre à quel point l'amour qu'ils se vouaient l'un et l'autre était de la même grandeur et profondeur.


~ Anonyme

- Histoire partager par Azima Sondarjee

*Photographie by budi ‘ccline’ via 500px

*Photographie by budi ‘ccline’ via 500px

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 14:45
*PhotoGraphie T.ZoHer

*PhotoGraphie T.ZoHer

 La coccinelle

Le petit surnom de la coccinelle est “bête à bon dieu”, parce qu’elle serait un messager Divin; elle prédirait le temps (si elle ne s’envole pas de votre main c’est signe de mauvais temps à venir), elle porterait bonheur et en plus elle aide le jardiner à lutter contre les pucerons dans l’agriculture biologique ou raisonnée.

- La légende du Xème siècle :

Un homme accusé de meurtre est condamné à avoir le coup tranché. Il proteste de son innocence en vain et le bourreau s’apprête à abattre sa hache quand il aperçoit une coccinelle posée sur le cou du condamné.

Le bourreau retire gentiment la coccinelle et attrape sa hache pour œuvrer mais la coccinelle est de retour. Le bourreau a beau insister pour la déplacer, la coccinelle revient obstinément se poser sur le cou du condamné.

A tel point que le roi voit là un miracle Divin et donne sa grâce.

Quelques temps plus tard le véritable meurtrier fut découvert et la légende de la bête à bon dieu était née.

La coccinelle est un porte bonheur, un présage de chance
Ainsi, si une jolie coccinelle se pose sur votre bras il faut compter le nombre de points noirs sur son dos car ça correspondrait au nombre de mois de bonheur à venir.


- L’amie du jardiner :

La coccinelle adore se nourrir de pucerons donc le recours aux pesticides n’est pas nécessaire en sa présence. Par contre il vaut mieux introduire une espèce indigène, locale, parce qu’on a vu des espèces “exotiques”, chinoise par exemple, prendre le pas sur les coccinelles locales et devenir des gloutons qui posent problème à leur tour.


~ Source Blog : http://coccinelle-et-coquelicot.com/

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 14:42

Un professeur demanda à un groupe d’étudiants :

- Faites-moi une liste de ce que vous considérez être les sept merveilles du monde actuel. Certains pensèrent à citer :

- l'Everest,
- Venise,
- La Mecque,
- le château de Versailles,
- le Kremlin,
- l'île de Pâques,
- les gratte-ciel,
- la Tour Eiffel,
- les chutes du Niagara,
- la banquise,
- la forêt amazonienne,
- la conquête spatiale...

Malgré quelques désaccords, la majorité d’entre eux firent les réponses suivantes (sans ordre particulier) :

- Les Pyramides d’Egypte
- Le Taj Mahal
- La Grande Muraille de Chine
- Rome et la basilique Saint Pierre
- Le Grand Canyon
- Les lignes de Nazca
- Les chutes du Zambèze

La jeune fille hésita, puis dit :
- Je crois que les sept merveilles du monde sont :

- la vue
- l'écoute
- le toucher
- le goût
- le sourire
- les émotions
- l'amour

La classe resta silencieuse.
Ces choses sont tellement simples et ordinaires que nous oublions à quel point elles sont merveilleuses !

Souvenez-vous que les choses les plus précieuses de la vie ne peuvent s'acheter.


~ Source Internet
 

*Photographie via 500px / Taj Mahal by Prasit Chansareekorn

*Photographie via 500px / Taj Mahal by Prasit Chansareekorn

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Texte-Poème
commenter cet article

Présentation

  • : Ma quête du soi et du non Moi...
  • Ma quête du soi et du non Moi...
  • : Un lieu de vie vers la lumière de soi et du non Moi, un passage où je partage mes textes, mes citations au fil de mes lectures, de mes balades, mes photos et photos de la toile. Un voyage de l'esprit sur la toile, à travers les êtres, les âmes, et le mystère au fil des jours, de tout ce qui m'inspire, me guide, me touche, m’éveille dans ces chemins de l'existence, en cette vie, dans cet Univers Extraordinaire, que nous partageons tous sous un même toit, Le Ciel...
  • Contact

rideau.jpg

'Quand le rideau se lévera, tu verras que nous ne savions rien, ni toi, ni moi.'

- Omar Khayyam -

Par Mot Clef...

Seigneur ! Il suffit à ma fierté que Vous soyez mon 'Dieu' et à ma gloire que je vous sois soumis.

Vous êtes tel que je le veux : Faites de moi celui que vous voulez...

-Ali Ibn Abû Taleb-