Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 11:12
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Sur la route de la Vie et au-delà -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Sur la route de la Vie et au-delà -

... Quand le printemps viendra chercher son Bien-Aimé dans les bosquets et les vignes assoupis, la neige fondra, certes, et coulera en rivières pour rejoindre le fleuve dans la vallée et pour être l'échanson des myrtes et des lauriers.
 
... C'est ainsi qu'à l'arrivée de votre printemps, la neige de votre coeur fondra, et votre secret coulera en rivières pour rejoindre le fleuve de la vie dans la vallée. Et le fleuve prendra dans les bras votre secret pour le remettre à l'immense mer.
 
... Il n'est rien qui ne fonde et ne se transforme en chanson, lorsqu'arrive le printemps. Même les étoiles, ces énormes flocons de neige qui tombent lentement sur ces vastes champs, fondront pour devenir des rivières chantantes. Lorsque le soleil de son visage se lèvera par-dessus le très large horizon, quelle harmonie glacée refusera de se muer en mélodie fluide ? Et qui d'entre vous refuserait d'être l'échanson des myrtes et des lauriers ?
 
- Khalil Gibran
(Le jardin du Prophète)
 
Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 11:54

© Tahora Zoher : PhotoGraphie & Composition / Musique : Lisa Hannigan & Glen Hansard -

Lorsque vous aimez, ne dites pas : "Dieu est dans mon cœur."
Dites plutôt : "Je suis dans le cœur de Dieu."
Et ne croyez pas que vous puissiez diriger le cours de l'amour.
Car si l'amour vous trouve digne, lui-même guidera votre cœur.
 

- Khalil Gibran

(Extrait du Prophète)

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 11:15
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Ampefy / Madagascar -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Ampefy / Madagascar -

Car celui qui cherche la Vérité et la crie à l'humanité doit s'attendre à souffrir. Mes chagrins m'ont appris à comprendre ceux des autres. Ni la persécution ni l'exil n'ont assombri la vision qui est la mienne.

 

- Khalil Gibran

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 07:30
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Marseille 2016 -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Marseille 2016 -

Lorsque Jésus parlait, le monde entier se taisait pour écouter. Ses paroles n'étaient pas destinées à nos oreilles, mais plutôt aux éléments avec lesquels Dieu créa la terre.

 

Il parlait à la mer, notre immense patrie, qui nous mit au monde. Et il parlait aux montagnes, nos grands frères, dont les sommets ont l'attrait des promesses. Et, par-delà les mers et les montagnes, il parlait aux anges à qui nous confions nos rêves avant même que le limon en nous ne se desséchât au soleil. Et ses paroles continuent à bercer nos coeurs comme une chanson d'Amour à demi oubliée, et parfois elles se frayent un chemin de flammes jusqu'à notre mémoire. Son parler était simple et joyeux et le son de sa voix était comme de l'eau fraîche dans une terre aride.

 

Une fois, il tendit la main au ciel et ses doigts ressemblaient aux rameaux d'un sycomore; et il dit d'une voix forte : « Les prophètes des temps jadis vous ont parlé et vos oreilles sont pleines de leurs paroles. Mais moi je vous dis, ôtez de vos oreilles ce que vous avez entendu. » Et ces mots, « moi je vous le dis », n'étaient pas proférés par un homme de notre espèce ou de notre monde, mais plutôt par une volée de séraphins parcourant le ciel de la Judée.

 

Il citait la loi et les prophètes et sans cesse il ajoutait: « Mais moi, je vous le dis. » Oh, quelles paroles en flammes, quelles vagues de mer inconnues qui déferlent sur le rivage de notre esprit : « Mais moi, je vous le dis » ! Quelles étoiles qui recherchent les ténèbres de l'âme et quelles âmes éveillées qui attendent l'aurore !

 

Pour parler des discours de Jésus, on devrait comprendre son discours ou, du moins, saisir son écho. Je ne maîtrise pas l'art du discours, ni de l'écho. Veuillez me pardonner d'avoir commencé une histoire que je ne peux terminer. Mais sa fin n'a pas encore atteint mes lèvres. Elle demeure un chant d'Amour qui s'élève dans le vent.

 

- Khalil Gibran

(Jésus Fils de l'Homme / Cléophas De Bethroune)

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 09:15
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Rivage / Granville -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Rivage / Granville -

Entre les rivages des océans et le sommet de la plus haute montagne est tracée une route secrète que vous devez absolument parcourir avant de ne faire qu’un avec les fils de la Terre.

 

- Khalil Gibran

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 09:07
© T.Zoher PhotoGraphie - Granville 2016 -

© T.Zoher PhotoGraphie - Granville 2016 -

Votre douleur est cette fissure

de la coquille qui renferme votre entendement.

Et comme le noyau du fruit doit se briser

afin que le cœur puisse se tenir au soleil,

ainsi vous devez connaître la douleur.

Si votre cœur pouvait continuer

de s’émerveiller des miracles

quotidiens de votre vie,

votre douleur vous semblerait

aussi merveilleuse que votre joie ;

Et vous accepteriez

les saisons de votre cœur,

comme vous avez toujours accepté

les saisons qui traversent vos champs.

Et vous observeriez avec sérénité

les hivers de vos chagrins.

Une grande part de votre douleur

est choisie par vous-mêmes.

C’est la potion amère

avec laquelle le médecin en vous

guérit votre Moi malade.

Ayez confiance en ce médecin

et buvez donc sa potion

en paix et en silence.

Car sa main,

bien que rude et pesante,

est guidée par la tendre main

de l’Invisible.

Et la coupe qu’il vous tend,

bien qu’elle vous brûle les lèvres,

a été faite de cette argile

que le Potier a mouillée

de Ses larmes sacrées.

 

- Khalil Gibran

(De la douleur / Le Prophète)

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 01:48
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Je suis, la fleur -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Je suis, la fleur -

Je suis un mot gentil dit et répété

Par la voix de la Nature;

Je suis une étoile tombée de la

Tente bleue sur le tapis vert.

Je suis la fille des éléments

Avec lesquels l’Hiver a procréé;

À qui le Printemps a donné naissance; je fus

Érigée dans le giron de l’Été et je

Me suis endormie dans le lit de l’Automne

À l’aube, je m’unis à la brise

Pour annoncer la venue de la lumière;

 

Le soir, je rejoins les oiseaux

Dans leur salut à la lumière.

Les plaines sont ornées de

Mes belles couleurs, et l’air

Est embaumé par mon parfum.

 

Quand j’étreins le Soleil, les yeux de

La nuit me regardent, et quand je

M’éveille, je regarde le soleil, qui est

L’œil unique du jour.

 

Je bois la rosée comme du vin, je prête l’oreille

Aux voix des oiseaux et je danse

Sur le mouvement rythmé de l’herbe.

 

Je suis le cadeau de l’amant; je suis la guirlande des noces;

Je suis le souvenir d’un moment de bonheur;

Je suis le dernier cadeau du vivant au mort;

Je suis une part de joie et une part de chagrin.

 

Mais je regarde vers le haut pour ne voir que la lumière,

Et ne regarde jamais vers le bas pour voir mon ombre.

C’est une sagesse que l’homme devrait apprendre.'

 

- Khalil Gibran

(Rires et Larmes, 1914)

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 07:55
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Paris 2016 -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Paris 2016 -

Dieu' a créé plusieurs portes qui donnent sur la vérité, et Il les ouvre à tous ceux qui y frappent avec des mains de foi.

 

- Khalil Gibran

 

Repost 0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 10:38
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Paris 7 Mars 2016 -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Paris 7 Mars 2016 -

S'il est vrai que la civilisation d'aujourd'hui a favorisée la connaissance de la femme elle a, en revanche, fait croître ses souffrances, à cause de la convoitise de l'homme. Hier, la femme était une servante heureuse, aujourd'hui c'est une maîtresse malheureuse ! Elle marchait aveugle, dans la lumière du jour, à présent clairvoyante elle marche dans les ténèbres ! Elle était belle dans son ignorance, vertueuse dans sa simplicité et forte dans sa faiblesse. Elle est devenue laide par ses artifices, superficielle par son intelligence et sans coeur par son instruction. Viendra t-il le jour où seront réunis en une seule femme la beauté et la connaissance, le raffinement et la vertu, la fragilité du corps et la force de l'âme ? Je suis de ceux qui croient que le progrès spirituel est une loi humaine et que l'approche de la perfection est une voie dont les effets sont lents mais efficaces. Si la femme progresse dans un sens et régresse dans l'autre c'est que le difficile sentier qui mène aux cimes des montagnes est exposé aux pièges des voleurs et aux repères des loups !

 

- Khalil Gibran

(Les Ailes Brisées. P143)

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 11:23
© Tahora Zoher PhotoGraphie - Basilique du Sacré-Coeur Montmartre -

© Tahora Zoher PhotoGraphie - Basilique du Sacré-Coeur Montmartre -

Vous avez remarqué que certains parmi nous appellent Jésus " le Christ ", d'autres " le Verbe ", et d'autre encore " le Nazaréen" , et d'autres encore " le fils de l'homme ". Je tenterais d'éclaircir ces noms à la lumière de ce qui m'est donné. Le Christ, celui qui vivait dans les temples les plus reculés, est la flamme de Dieu qui habite l'esprit de l'homme.

 

Il est la volonté du seigneur. Il est le Verbe premier qui désire parler par notre voix et vivre dans notre ouÏe afin que nous soyons éveillés pour mieux comprendre. Le Verbe du Seigneur notre Dieu éleva une demeure en chair et en os et fut un homme tel que vous et moi. Car nous ne pouvions entendre la mélodie du vent qui n'a point de corps, ni voir notre moi suprême errant dans la brume.

 

Le christ est venu au monde plusieurs fois et a parcouru bien des terres. Et il a toujours été considéré comme un étranger et un dément. Cependant, l'écho de sa voix ne s'est jamais réduit à néant, car la mémoire de l'homme conserve ce que l'esprit néglige de conserver. Celui-là même est le Christ, l'invisible et l'omniprésent, qui accompagne l'homme vers l'éternité.

 

N'avez-vous pas entendu parler de lui sur les routes des Indes, dans les terres des mages et sur les dunes de l'Égypte ? Ici, dans votre Pays du Nord, vos poètes chantèrent jadis Prométhée, celui qui apporta le feu au monde et en qui l'homme put réaliser ses désirs et libérer ses espérances enchaînées ; et Orphée qui, avec une voix et une lyre, insuffla l'esprit dans l'homme et dans le fauve. Et n'avez-vous pas entendu parler de Mithra, le roi, et de Zoroastre, le prophète des Perses, qui s'éveillèrent du sommeil premier de l'homme et se tinrent au chevet de nos rêves ?

 

Nous-mêmes, nous devenons un être oint quand nous nous trouvons dans le Temple Invisible, une fois tous les mille ans. Alors, surgit un incarné et, à son arrivée, notre silence devient mélodie. Et cependant, nous ne prêtons pas toujours l'oreille pour mieux écouter ni n'ouvrons l'oeil pour mieux voir.

 

Jésus le Nazaréen naquit et fut élevé comme nous. Sa mère et son père étaient comme nos pères et nos mères. Il était un homme. Mais le Christ, le verbe qui était au commencement , l'Esprit qui veut que nous vivions notre vie en sa plénitude, se joignit à Jésus et resta avec lui. L'Esprit était la main agile du Seigneur et Jésus était la harpe. L'Esprit était le psaume et Jésus en était le chant.

 

Jésus, l'homme de Nazareth, était l'hôte et le porte-voix du Christ qui marchait avec nous au soleil et nous étions ses amis. En ces jours, les collines de Galilée et ses vallées n'entendaient que sa voix. Et moi, j'étais alors jeune, je suivais son chemin et marchais sur les traces de ses pas. Je suivais ses pas pour entendre les paroles du Christ des lèvres de Jésus de Galilée. À présent, vous voudriez savoir pourquoi certains parmi nous l'appelaient le Fils de l'Homme. Lui-même désirait être appelé ainsi, car il connaissait la faim et la soif de l'homme, et admirait l'homme en quête de son moi suprême.

 

Le Fils de l'Homme était Christ le Gracieux, qui voulait être avec nous. Il était Jésus le Nazaréen qui voulait mener tous ses frères à l'Oint, ou même au Verbe qui était avec Dieu depuis le commencement. Dans mon coeur habite Jésus de Galilée, l'Homme supérieur à tous les hommes, le poète qui nous versifie tous en poèmes, l'Esprit qui frappe à notre porte et nous invite à nous réveiller à nous lever et à marcher, dévoilés et ailés, pour aller à la rencontre de la vérité.

 

- Khalil Gibran

(Jésus Fils de l'Homme)

 

Repost 0
Published by Zoher.T - dans Khalil Gibran
commenter cet article

Présentation

  • : Ma quête du soi et du non Moi...
  • Ma quête du soi et du non Moi...
  • : Un lieu de vie vers la lumière de soi et du non Moi, un passage où je partage mes textes, mes citations au fil de mes lectures, de mes balades, mes photos et photos de la toile. Un voyage de l'esprit sur la toile, à travers les êtres, les âmes, et le mystère au fil des jours, de tout ce qui m'inspire, me guide, me touche, m’éveille dans ces chemins de l'existence, en cette vie, dans cet Univers Extraordinaire, que nous partageons tous sous un même toit, Le Ciel...
  • Contact

rideau.jpg

'Quand le rideau se lévera, tu verras que nous ne savions rien, ni toi, ni moi.'

- Omar Khayyam -

Par Mot Clef...

Seigneur ! Il suffit à ma fierté que Vous soyez mon 'Dieu' et à ma gloire que je vous sois soumis.

Vous êtes tel que je le veux : Faites de moi celui que vous voulez...

-Ali Ibn Abû Taleb-